PROJETS

AFREECAN FOOD

Le projet Afreecan food a pour but d’aider 75 handicapés mentaux et les éducateurs d’un centre spécialisé situé à Mornag dans le gouvernorat de Ben Arous , à subvenir à leurs besoins et à assurer leur autosuffisance alimentaire. Il consiste à exploiter les terres non cultivées qui se situent autour du centre en y aménageant un verger, un potager, des clapiers et un local de stockage vivrier. Il s’agit d’apporter les fonds nécessaires au lancement d’une activité génératrice de revenus qui permettra d’assurer le bon fonctionnement du centre. Le surplus de la production pourra être vendu sur les marchés locaux. Ce projet a ainsi pour but de favoriser l’insertion sociale des handicapés en les aidant à devenir acteurs de leur vie.

 

 

2

4image_2.jpeg
photo(4).JPG
photo.JPG
image_7.jpeg
photo(2).JPG
image_6.jpeg
photo(3).JPG
image_6 (2).jpeg
image_5.jpeg
image_5 (4).jpeg
image_5 (3).jpeg
image_5 (2).jpeg
image_4 (4).jpeg
image_4.jpeg
image_4 (3).jpeg
image_4 (2).jpeg
image_3.jpeg
image_3 (6).jpeg
image_3 (5).jpeg
image_3 (3).jpeg
image_3 (2).jpeg
image_3 (4).jpeg
image_2.jpeg
image_2 (2).jpeg
image_2 (3).jpeg
image_2 (4).jpeg
image_1 (6).jpeg
image_1.jpeg
image_1 (5).jpeg
image_1 (4).jpeg
image.jpeg
image_1 (3).jpeg
image_1 (2).jpeg
image (5).jpeg
image (3).jpeg
image (2).jpeg
image (4).jpeg
14.jpeg
13.jpeg
12.jpeg
1.JPEG
4.jpeg
2.jpeg
4 (2).JPEG
3.jpeg

3

1

4

ECOLE POUR TOUS

Le projet a pour but de favoriser l’accès à l’éducation des enfants handicapés scolarisés dans la délégation de Sbeïtla, dans le gouvernorat de Kasserine, en Tunisie. Le projet « Ecole Pour Tous » est un projet pilote qui a vocation à s’étendre aux autres écoles du pays qui le nécessitent. D’une part, il consiste, « là-bas »,  en l’aménagement de quatre écoles en équipement adapté afin de faciliter l’accès aux enfants handicapés (rampes, sanitaires adéquats, matériels nécessaires) et d’autre part, en la sensibilisation de la population de « là bas » et d’ «ici » à la lutte pour l’égalité des droits et des chances entre enfants valides et handicapés.

OPERATION FOROBOKAKOLI

Il s'agira de réhabilitater et rénover l’école fondamentale du village de N’Golla (Mali) en centre d'éducation. L'action portera alors sur la réfection de l'école et le réaménagement de l'espace (3 nouvelles classes, 1 salle des instituteurs, 1 salle d’alphabétisation à destination des adultes désireux d'apprendre à lire et à écrire et 1 salle de réunion du village).

Puis, nous réaliserons un court-métrage de sensibilisation sur place (N’Golla) sur l'importance de l'apprentissage de l'écriture et de la lecture à tout âge

Le but est de contribuer à l’amélioration des conditions d’apprentissage de la lecture et de l’écriture des habitants du village de N’Golla, de faire du nouveau centre d’éducation un véritable lieu de vie pour tous les villageois et de lutter contre le fléau de l'absentéisme des élèves et contre l'analphabétisme des adultes. 

OPERATION KALANNI

Favoriser l’accès à l’éducation et à la culture grâce à l’aménagement d’un centre de ressources afin de contribuer au développement du livre et de la lecture mais également de préserver les traditions, récits et musiques de la communauté.

 

http://operation.kalanni.free.fr

5

6

7

OSIM

Réalisation d’un documentaire :

 

Dès la fin des années 40, des milliers d’immigrés, originaires du Maghreb, des Comores ou du Mali, arrivent en France pour participer à l’effort de reconstruction du pays. C’était la période bénie des « Trente glorieuses ».  Bien « installés », bien « intégrés », ils décident de renvoyer l’ascenseur à leurs compatriotes n’ayant pas eu leur chance d’accéder aux richesses de l’Occident. Alors, ils se réunissent par communauté et forment des O.S.I.M. : des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations. Elles se composent de bénévoles pour la plupart immigrés venant en aide à leur pays d’origine.

 

Ces robins des bois des temps modernes s’emparent de l’argent des pays riches pour les distribuer à leurs pays dits pauvres. Néanmoins, cette fois, c’est à travers des microprojets financés que ces héros arrivent à leurs fins. Quelles fins ? Quelles sont leurs intentions ? L’octroi et l’utilisation de ces mannes financières sont régis, en l’occurrence dans l’Union Européenne, par des programmes d’aide au développement? Cela prend du temps. Cela prend leur vie. Le film sera fait de cette vie là. Suivons l’une d’entre elles pour découvrir cet univers à la lisière entre finance et altruisme : l’association Afrique Europe Avenir de Dunkerque.

 

ACTION

L'association MASSADA a pour ambition de permettre chaque année à des associations dans un pays différent de réaliser des courts métrages sur des thèmes de prévention. Ces films sont conçus avec les acteurs locaux dans une logique de co-construction afin d'être adaptés à la culture et aux réalités de terrain. Ils sont interprétés par les enfants du pays dans une dynamique participative. Tournés dans la langue locale, les films s'affranchissent de l'illettrisme et appuient ensuite le travail de prévention et de plaidoyer des associations durant de nombreux mois. Les tournages se font dans une logique de formation des associations locales et de dons de matériel dans un souci de pérennité.

Les films sont ensuite échangés entre les enfants des différents pays participants, dans une démarche éducative et dans un esprit de citoyen du monde.

Mission Solidaire

Réalisation d’une vidéo pédagogique de sensibilisation au montage et à la mise en œuvre d’un projet de solidarité internationale.

Le projet se rattache au programme de la semaine de la solidarité internationale élaboré par le collectif SI de la ville de Dunkerque. L’association MASSADA est adhérente de ce collectif animé par les services de la ville de Dunkerque et participe, via réunions de travail, à la préparation, la mise en œuvre et l’évaluation de la SSI chaque année.